La mortalité à vélo connaît une très forte hausse. Le nombre de cyclistes tués sur les routes sur les douze derniers mois a augmenté de 29 %. Un équipement adapté permet de limiter le risque.

Si le nombre de cyclistes a explosé partout en France, le nombre de morts a lui aussi considérablement augmenté. Au mois de mai 2022, 293 personnes sont décédées sur les routes de France métropolitaine, et 23 en outre-mer. La mortalité cycliste pour mai 2022, avec 22 cyclistes tués, est supérieure à celle enregistrée en mai 2021, et largement supérieure à celle de mai 2019. Cette mortalité est l’une des plus élevées des mois de mai de ces dix dernières années d’après les chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

 

Un casque obligatoire

Pour rouler en toute sécurité, il est recommandé de bien s’équiper. Lors des sorties à deux-roues, certains équipements sont obligatoires pour le cycliste et sa monture. Premier impératif : avoir un vélo en bon état de fonctionnement. « En circulation, le conducteur et le passager d’un cycle, s’ils sont âgés de moins de 12 ans, doivent porter un casque conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle.

 

Ce casque doit être attaché », rappelle la Sécurité routière. Le casque doit être choisi en fonction de son ergonomie et de sa taille. De plus, cet accessoire ne doit pas entraver la visibilité et ne doit pas tomber en arrière une fois attaché. Depuis mars 2017, il est obligatoire pour les enfants (conducteurs ou passagers) de moins de 12 ans.

 

Une protection loin d’être anodine, selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), le risque pour un cycliste d’être victime d’un accident est trois fois plus élevé que pour un automobiliste. « Le risque d’être gravement blessé est seize fois plus élevé que pour un automobiliste. Et les blessures les plus graves touchent la tête », détaille la Sécurité routière. Pour les plus de 12 ans, le port du casque est évidemment fortement conseillé.

 

Un gilet pour être vu

Autre indispensable : le gilet rétro-réfléchissant. Cet équipement obligatoire doit être certifié, il est également indispensable à porter pour le passager. Un incontournable lors de sorties nocturnes ou quand la visibilité est insuffisante. Le vélo doit nécessairement être équipé de deux freins, à l’avant et à l’arrière.

 

Comme le rappelle la Sécurité routière, « des catadioptres (dispositifs rétro-réfléchissants) : de couleur rouge à l’arrière, de couleur blanche ou jaune à l’avant, de couleur orange sur les côtés et sur les pédales doivent être présents sur le vélo et en bon état de marche ».

 

Pensez au rétroviseur

Être vu est indispensable, mais être entendu l’est également. Pour cela, le vélo doit être équipé d’un avertisseur sonore de 50 m de portée au moins. Pour ne pas distraire la conduite, il est interdit de porter des écouteurs, des oreillettes ou un casque audio. Il n’est pas question non plus d’utiliser son téléphone portable à l’oreille.

 

D’autres équipements sont fortement recommandés pour rouler en toute sécurité, comme des pneus gonflés correctement, un écarteur de danger, un rétroviseur et des pneus à bandes latérales réfléchissantes.


En rapport avec votre article

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *



Enregistrez mon nom, mon prénom et mon adresse e-mail dans ce navigateur pour le prochain commentaire.