Rien de plus écologique que de rouler à vélo plutôt que de se déplacer en voiture. Et si, cerise sur le gâteau, votre vélo électrique était écoresponsable aussi ? Conseil Malin a trouvé pour vous un modèle respectueux de l'environnement.

Les critères incontournables de Conseil Malin

Pliants, de ville, VTT, ou pour la course et avec différentes formes d’assistance, comment bien choisir votre vélo électrique ? Qu’il serve à vos trajets quotidiens, à vos promenades dominicales ou aux deux, vous devrez examiner plusieurs critères avant d’acheter votre VAE.

  • La batterie

    Aujourd’hui, la majorité des batteries sur le marché sont composées de lithium-ion. Bien que son recyclage fasse polémique sur le plan écologique, ce matériau reste fiable.

    La capacité moyenne de la batterie d’un VAE est comprise entre 250 et 600 Wh. De manière générale, une grande capacité vous apportera logiquement une grande autonomie. Pour éviter les pannes surprise, vous pouvez investir dans une batterie de remplacement, qui vous coûtera environ 400 €.

    Enfin, notez qu’il n’est pas nécessaire d’attendre que votre véhicule soit complètement à plat pour le charger.

  • Le moteur

    Les VAE sont conçus pour ne pas excéder une vitesse de 25 km/h, sans quoi ils seraient considérés comme des cyclomoteurs et devraient être assurés comme tels.  De même, leur moteur est doté d’une puissance de 250 W, comme l’impose la réglementation en vigueur.

     

    Aujourd’hui, les modèles avec moteur dans la roue arrière ont quasiment disparu du marché. Bien qu’ils procurent de bonnes sensations, ils demeurent moins autonomes et causent un décalage au moment du déclenchement de l’assistance. De quoi avoir de  mauvaises surprises au redémarrage.

     

    A contrario, le système du moteur dans le pédalier procure une assistance dite « proportionnelle », qui s’adapte à l’effort que vous fournissez. Ce système offre également un meilleur équilibre et une plus grande autonomie.

  • Le mode d’assistance

    En termes d’assistance, vous aurez le choix entre deux modes différents. L’assistance « tout au rien » fonctionne avec un capteur de pédalage et évite tout effort inutile. Idéal pour ceux qui souhaitent ménager leurs mollets. Vif au démarrage, votre vélo pourra en revanche subir des à-coups.

    Pour les adeptes de sensations, la seconde option, l’assistance progressive, assure une conduite facile et confortable qui ressemble à celle d’un vélo classique.

  • L’autonomie

    Pour identifier l’autonomie nécessaire à votre VAE, vous devrez déterminer l’usage que vous en ferez. Logiquement, si vous envisagez de parcourir de longues distances, vous aurez besoin de recharger votre batterie plus souvent. De la même manière, un usage fréquent et intensif de votre vélo impactera son autonomie.

    Sur le marché, vous pourrez dénicher des batteries qui offrent une autonomie de 30 à plus de 100 km, pour une durée moyenne de charge de 2 à 4 heures. Pour de petits trajets quotidiens, inutile d’opter pour une autonomie supérieure à 20 km, qui impactera notablement le prix de votre vélo.

    Enfin, sachez que plusieurs paramètres annexes peuvent influer sur l’autonomie, tels que votre poids, le gonflage des pneus, le relief, le vent et le transport d’un autre passager.

  • Les freins

    De bons freins constituent un critère indispensable dans le choix de votre véhicule. Il existe aujourd’hui quatre différents systèmes de freinage : mécaniques à patins (V-Brake), mécaniques à disques, hydrauliques à patins et hydrauliques à disques. Alors que les V-Brake peuvent s’avérer plus efficaces, les freins hydrauliques demeurent plus confortables, mais bien plus onéreux. Sachez que les freins hydrauliques à patins se montreront plus résistants que les freins hydrauliques à disque, surtout pour un usage régulier et citadin.

  • Le dérailleur

    Idéal en zone urbaine, le dérailleur dans le moyeu (pièce centrale de la roue, qui permet de réduire les frictions) demeure la meilleure option pour un VAE. Ce système empêche la chaîne de sauter et permet de changer de vitesse à l’arrêt. En revanche, son activation suspend brièvement l’assistance ce qui peut surprendre au début.

  • Le cadre et la position sur le vélo

    Vous devrez aussi veiller à ce que le cadre et la position de votre vélo correspondent à l’usage que vous souhaitez en faire. Pour une utilisation en ville, privilégiez une position droite, du type vélo hollandais, qui vous permettra d’accroître votre vigilance. Des pneus larges et un cadre ouvert faciliteront les arrêts fréquents et l’éventuel transport d’un enfant.

    Si, en revanche, vous souhaitez utiliser votre vélo pour des promenades, le VTC saura mieux répondre à vos besoins. Sa barre transversale et sa position penchée offriront une plus grande stabilité.

    Pour les parents ou futurs parents, si vous envisagez d’équiper votre véhicule d’un siège enfant à l’arrière, veillez à choisir un cadre ouvert ou col de cygne qui facilitera le passage de la jambe. Les vélos dotés d’une barre centrale risquent de provoquer une chute ou de blesser votre jeune passager (pour rappel, le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans).

  • Le poids

    Un VAE classique pèse en moyenne entre 17 et 25 kg. Si vous circulez en ville, vous découvrirez vite que le poids de votre vélo revêt toute son importance. Un véhicule plus lourd se montrera plus performant, mais sera plus contraignant quand vous devrez le soulever pour monter quelques marches ou le garer. Vous pourrez alors opter pour des alternatives plus légères et des modèles compacts ou pliants.

  • Le prix

    Face au véritable boom occasionné depuis la fin du confinement, les VAE sont devenus plus accessibles en termes de prix. S’il existe des modèles allant de 800 à plusieurs milliers d’euros, il est désormais possible d’acquérir un bon véhicule à un tarif raisonnable.

    Sans compter que pour encourager le développement de la mobilité électrique, le gouvernement et les collectivités territoriales ont instauré des systèmes de subventions, de primes et d’aides qui peuvent couvrir jusqu’à 33 % du prix d’achat. N’hésitez pas à regarder sur le site de votre commune et du gouvernement.

Le modèle choisi par Conseil Malin

  • Le meilleur écolo
    E-Bough Carrier
    E-Bough Carrier

    Des modèles en bois, esthétiques et écoresponsables, fabriqués avec du bois venant tout droit du Jura.

Notre sélection

  • Le meilleur écolo : Bough Bikes

    Le meilleur écolo : Bough Bikes

    Atouts

    • + Ecolo
    • + Résistant
    • + Design

    Les points faibles

    • - Poids

    Rapprocher les gens de la nature. Telle est la mission que s’est fixée Bough Bikes avec ses vélos en bois. Fondée en 2012 par Piet Brandjes, la marque néerlandaise mise sur la dimension écologique, esthétique, et accessible de ses véhicules. Ainsi, le modèle urbain basique (1 565 euros) peut être transformé en vélo transporteur ou en vélo électrique (2 850 euros) ou même en vélo de société, loué, partagé ou customisé.

    L’entreprise s’attache également à produire tous ses modèles en chêne massif en France, dans des forêts du Jura gérées de manière durable. Ce processus de fabrication correspond aux normes Natura 2000, réseau qui rassemble les sites naturels ou semi-naturels de l’Union européenne ayant une grande valeur patrimoniale.

    Coup de force supplémentaire, toutes les pièces sont conçues dans une petite entreprise du centre des Pays-Bas et les vélos sont assemblés à la main. Et pour éviter le gaspillage, Bough Bikes utilise les déchets de bois pour chauffer ses bureaux.

    Si vous pensez qu’un VAE en bois ne résistera pas aux intempéries et à l’usure, détrompez-vous. Contrairement au métal, ce matériau chaleureux et élégant embellit au fil du temps et conserve toute sa résistance. Grâce à ses cadres enduits d’une huile protectrice, votre deux-roues affrontera aisément toutes les conditions météorologiques. Si la surface en bois s’abîme, vous pourrez la poncer légèrement et appliquer de l’huile (un kit d’entretien avec une bouteille d’huile est offert pour l’achat de votre vélo.) Les cadres composés d’acier inoxydable permettent également de laisser votre vélo dehors sans craindre l’apparition de rouille.

    D’autre part, le Bough Bikes dispose de deux vitesses standard, incorporées dans la roue arrière. Dépourvu d’ajusteurs et de câbles, le système détecte votre vitesse et en change automatiquement selon le relief. La batterie, quant à elle, offre une autonomie moyenne de 50 km et nécessite 6 heures pour une recharge complète. En revanche, le chêne massif se ressent sur la balance (25 kg) et soulever votre vélo relèvera de l’exploit sportif.

    Dans notre sélection, nous avons également observé des alternatives à ce modèle tel que le Sandwichbikes. Disponible sous forme de kit à monter soi-même, ce VAE customisable est conçu en bois de hêtre issu d’une forêt durable en Allemagne.

Si vous hésitez encore...

Made in France, haut de gamme ou pour les plus jeunes…Conseil Malin vous propose d’autres modèles de vélos électriques d’excellence si vous souhaitez comparer les produits.


En rapport avec votre article

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *



Enregistrez mon nom, mon prénom et mon adresse e-mail dans ce navigateur pour le prochain commentaire.