x
Les bienfaits des activités extrascolaires

Les bienfaits des activités extrascolaires

Pratiquer une activité en dehors de l’école possède de nombreux avantages. En plus d’élargir son cercle d’amis, votre enfant développe de nouvelles compétences. Que votre progéniture soit plutôt introvertie ou expansive, elle profitera des bienfaits des loisirs extrascolaires. Il peut s’agir d’un sport, mais aussi d’une activité culturelle ou artistique comme le théâtre et le dessin.

Pratiquer une activité en dehors de l’école pour vaincre sa timidité

 

Dès la maternelle, vous pouvez inscrire votre enfant à une activité en dehors de l’école. Généralement, les structures proposent des créneaux le mercredi après-midi ou le samedi matin. S’adonner à un loisir a de multiples avantages. Votre progéniture peut s’épanouir hors du système scolaire et de la maison. Pour un enfant timide ou réservé, il s’agit d’un moyen pour apprendre à se sociabiliser, se faire de nouveaux copains et gagner en confiance. 

 

Le théâtre reste une valeur sûre pour vaincre sa réserve naturelle. Il faut toutefois sortir de sa zone de confort et se jeter à l’eau pour se lancer dans des jeux d’improvisation. Les premiers cours peuvent relever du vrai challenge mais en général les enfants sont heureux en fin d’année de présenter leur premier spectacle devant un public conquis ! Il s’agit d’un moyen de mesurer ses progrès. 

 

Dans un autre registre, faire de l’équitation a plusieurs bienfaits. En plus de créer une certaine complicité avec l’animal, votre enfant gagne en assurance au gré des promenades à dos de cheval ou de poney. Lorsqu’elle n’est pas dans le manège, votre progéniture se balade en pleine nature. Pour oublier le stress de la rentrée, c’est l’idéal ! 

 

Apprendre à se concentrer et développer de nouvelles compétences 

 

S’essayer à la musique, aux arts plastiques ou découvrir un nouveau sport permet d’élargir son horizon. Les activités extrascolaires stimulent la curiosité des plus jeunes. 

 

Par ailleurs, développer de nouvelles compétences nécessite un travail de concentration. Pour les enfants un peu tête en l’air ou qui s’éparpillent rapidement, la pratique d’une activité en dehors de l’école reste salvatrice. 

 

L’élève est délesté de toute pression relative au système de notation propre à l’Éducation nationale. Il peut apprendre sans se soucier d’avoir une bonne note ou non. 

 

Un moyen de travailler la motricité, la coordination et l’équilibre 

 

Il est possible d’inscrire votre enfant à un cours de sport dès la maternelle. Pour les bambins de moins de six ans, la pratique de la danse, du judo, du tennis… permet d’améliorer la motricité et l’équilibre. 

 

Pour travailler la coordination, certains sports comme le baby gym se révèlent parfaits. Pendant les cours, les enfants courent, sautent, escaladent et explorent un nouvel environnement.  

 

Pratiquer une activité extrascolaire pour se dépenser

 

Si votre fille ou votre garçon est une vraie boule d’énergie, le sport peut l’aider à se canaliser. Pour les enfants hyperactifs, la pratique sportive permet de se défouler. Regarder le rugby à la télévision pendant la Coupe du monde avec des goodies c’est bien, mais être sur le terrain reste le moyen le plus sûr pour se dépenser.  

 

D’ailleurs, les sports collectifs comme le rugby, le foot ou le basket conviennent aux enfants qui aiment se confronter aux autres. Pour les joueurs en herbe, les sports individuels tels que le judo ou la gym permettent de se mesurer à soi-même.

 

La solution pour tenir son enfant éloigné des écrans 

 

Votre enfant a tendance à rester scotché devant l’écran de télévision, de son portable, de sa tablette ou de son ordinateur portable ? Quel que soit le support, il favorise la sédentarité et les problèmes de santé liés au manque d’activités sportives. 

 

Si vous ne savez pas comment gérer le temps d’écran de votre enfant, lui proposer une activité sportive, culturelle ou artistique représente une option efficace. Pendant qu’il s’adonne à son loisir en salles ou en plein air, il est déconnecté de son appareil et des réseaux sociaux. Cette pause est la bienvenue, surtout si votre progéniture a du mal à décrocher !

Emilie Cartier, Rédactrice web et print
Auteur de cet article
Emilie Cartier, Rédactrice web et print

Rédactrice, j’écris régulièrement sur la parentalité. Je m’intéresse aussi à la décoration et à tout ce qui a trait au bien-être.

Commentaires
Laissez un commentaire
Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *
Enregistrez mon nom, mon prénom et mon adresse e-mail dans ce navigateur pour le prochain commentaire.